Yann... Encore une rencontre musicale sur Facebook et une histoire qui a commencé par un "J'aime" concernant un titre qu'il avait entendu sur ma page, ou le contraire, peut-être.

Et puis, le détonateur entre nous, avec ce Guérandais (donc, voisin)a été une date et/ou un mauvais souvenir: le lendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo.

En effet, ce jour-là, Yann Malau m'a envoyé un de ces titres (ancien), qu'il avait écrit et mis en musique , racontant un autre évènement du même style.
Plus ancien et de triste mémoire, d'un "Poseur de bombes" dans la rue Copernic.

Comme quoi, une amitié peut se "poser" sur une chanson, même si le sujet peut faire pleurer.
Oui, Yann est engagé (ce mot n'est plus à la mode ou même critiqué) dans sa vie personnelle, aussi. Je le sais, maintenant que je le connais mieux.

D'ailleurs, son tout nouveau cd en est une preuve, s'il en était besoin. Yann à des mots à dire, il a plein de choses à raconter.

Ce "poseur de bombes" , la barbe fleurie et fanée de "Jaurès" et "Hermano", entre autre, sont des titres qui m'ont bien accroché.
Mais d'autres aussi, qui sont aussi très émouvants. Je veux parler des ces mots qu'il ne prononce pas:

      "...Ceux que je bouture en silence
           Et que je plante au fond de moi
           Ceux que j'étouffe en silence
           Et que le silence me renvoie..."

           (Paroles écrites par Dominique Guillaume)   

Il nous parle aussi de la mort, du temps qui passe et de l'amour, avec beaucoup de pudeur, sans gueuler, mais avec beaucoup d'efficacité. "J'ai pas peur", chante-il.

Sa voix, sa guitare et son harmonica donne l'envie de l'écouter encore et rester avec lui sur la jetée, avec son pote Olivier Rech, marin, lui aussi.

Et avant la sortie de son CD, tout chaud, j'avais seulement des vidéos pour connaitre ses titres. Assez vite je tombe sur un titre créé par Abrial chanté par Yann.
"Tiens, tiens, intéressant le mec", je me disais à l'époque.

Auteur, compositeur, interprète vous l'avez compris, bourlingueur, parcours personnel (plein d'embuches) et professionnel tout près du spectacle, aussi...

Pas d'erreur sur ce breton d'adoption coiffé d'un béret (orné un drapeau breton) , qui a donné ses premiers concerts en Franche Comté (1986).
Et puis la provence et le sud-ouest (un accent revient quand il s'adresse aux messieurs de gôôôche, dans la chanson "Jaurès"...) où il joue dans les rues ou dans les cafés.

En 1993, il s'installe dans les Alpes de Haute Provence et obtient un BEATEP en spectacle et théâtre, ainsi qu'une  formation de professeur d 'éveil musical à l'école Willems.
En 1994, Il sort une cassette (oui , çà existait encore...) en autoproduction "l'amour araignée", épuisée depuis.

Yann travaille pour l'office municipal des jeunes de Forcalquier et décide ensuite de créer son entreprise de produits naturels de l'habitat.

Mais, l'envie de vivre du spectacle, le chatouille toujours. Après une formation de technicien polyvalent en son et lumières chante en duo avec une chanteuse accompagnée d'orgue de barbarie. Ce duo va fonctionner pendant une vingtaine d'années et travaille sur des projets de spectacles pour enfants.

C'est en 2013 que Yann décide de valoriser son répertoire personnel. C'est à partir de cette date (correspondant à son arrivée en Bretagne), que son projet artistique va bien décollé. Il se produit maintenant dans des cabarets, festivals ou pour des soirées privées.

Son cd est très attachant et lui ressemble. Ou plutôt, on pourrait penser que Yann se raconte un peu dans ce cd.
Sa galette est disposée en bonne place sur mon bureau, parmi celles que j'aime et que j'écoute souvent.  

Vous avez envie de faire connaissance avec Yann? Fort simple, un petit mot sur sa page Facebook, lui ferait plaisir.
Une dernière précision, pour terminer cette présentation: la sérigraphie de son ami JIHEl en couverture...


               


A bientôt, Yann et merci pour ce bel album, auto produit (comme la cassette). Du très bon travail.


Commentaire :

Les champs marqués d'une * sont obligatoires